27 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( fin )

Finissons-en donc avec cette parenthèse, l'occasion pour moi de parler ENCORE de John Cassavetes. En fait j'en parle depuis longtemps de ci de là, mais je n'en parle pas vraiment. Son parcours reste une référence car il est considéré comme le père du cinéma indépendant. Acteur de théâtre et de télévision formé à l' Actors Studio, il franchit le pas de la réalisation avec 'Shadows', issu des répétitions de l' ateliers théatral qu'il a fondé. Tourné en noir et blanc avec des comédiens amateurs et une bande-son jazz, le film connaît... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 7 )

Vous l'aurez remarqué, cette fois encore le blog se transforme en un grand cri d'amour pour le cinéma français des années 90, desquelles on ne peut pas dire qu'il ne s'est rien passée, et en partie justement grâce à ces auteurs-ci, alors merci à eux : Arnaud Desplechin, Eric Rochant, Xavier Beauvois. Tous ayant plus ou moins fait la même école en même temps, et ayant contribués à révéler une foule d'acteurs talentueux; à l'époque je crois que 'les Inrockuptibles' avaient titré quelque chose comme ' Génération Desplechin ', en partie... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 12:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 6 )

L'auteur tient à préciser d'emblée que tout ce qui pourrait avoir trait à Asia Argento sur ces pages doit être considéré comme totalement dénué d'objectivité. Ce ne serait pourtant pas rendre justice à son très très réussi premier film, semi-autobiographique, 'Scarlet diva', ou la fille du maître Dario Argento joue le rôle d'une actrice à la recherche d'elle-même. A travers son personnage, elle livre une sorte d'auto-critique lucide et distanciée sur ses propres années d'errance et de dépression jusqu'à ... je ne peux... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 19:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 5 )

' Ce monstre de 496 pages ne peut laisser indifférent : oeuvre du graphiste Dave McKean, ce volume explore toutes les dimensions du dessin et de l’illustration avec une audace, une liberté à couper le souffle. Là encore c’est d’art qu’il s’agit ! Et les planches de « Cages » ne se contentent pas de raconter, d’illustrer : elles affrontent à bras le corps l’enjeu de la création artistique. Un musicien de jazz, un romancier et un dessinateur se croisent en un lieu étrange avec un chat mystérieux, une botaniste au salon jardin. La... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 4 )

'Une jeune fille, Marthe, fait entrer dans sa chambre un ange. Une histoire infinie commence. Dans la nuit, elle appelle ses quatre plus proches amis pour qu'ils prennent sur eux cette parole qui lui a été murmurée, cachetée, qui vient de la source, de la lumière même. Elle leur demande de partir et d'aller la transmettre. Ce message, ce secret, n'est rien d'autre qu'un acte de reconnaissance, un acte de présence dans la longue chaîne qui va se mettre en place. Chacun des amis, Uzza, Pierre, Nour, Oreste, va tenter de devenir... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 3 )

Larry Clark, à l’origine photographe reconnu, fait partie de ces artistes contemporains qui ont décidés de passer à la réalisation de films, comme le peintre Julian Schnabel ( ‘Basquiat’, ‘Le scaphandre et le papillon ‘ ) , et nous spectateurs du XXI e siècle pouvons nous estimer heureux car l’un cas comme l’autre ils excellent littéralement, et posent chacun un regard atypique sur notre époque. Schnabel par ses choix un peu particuliers, et Clark qui semble continuer sa démarche photographique pour le grand écran. On ne sait... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 2 )

Deux dames du cinéma français à l'honneur, Claire Denis dont 'Beau travail' fût le premier de ses films que j'ai pu découvrir, je n'en ai pas vu d'autres à part l'excellent mais mésestimé 'Trouble every day', en tout cas pas les classiques dont j'ai par la suite entendu parler ( ' S'en fout la mort' ou ' Nénette et Boni ' ), 'Beau travail' par contre m'a laissé un souvenir impérissable. ' Dans une base militaire française à Djibouti, un groupe de légionnaires entraînés dans des conditions extrêmes par l'adjudant-chef Galoup,... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 16:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 novembre 2008

On en parle plus alors reparlons-en ( 1 )

Ceux qui ne supportent pas ce blog peuvent le quitter maintenant. C'est ma chambre je fais ce que je veux, alors , oui, attention, ce sera le Top 10 de Sigismund, les derniers coups de coeur oubliés, et oui, sans faire de chauvinisme déplacé, ça risque de faire méchamment cocorico de temps en temps. Adapté du roman 'La nuit américaine ' de Christopher Frank , le film porte un regard cru sur l'envers de l'usine à rêves, sur les petites histoires qu'on ne trouve pas dans 'les belles histoires', sur les belles histoires qui n'en... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 15:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2008

Et vlan...

j'ai des retours de persistance rétiniennes, de Jacques Dutronc , à la fin de ' L'important c'est d'aimer' d'Andrej Zulawski, ou il siffle entre ses dents à Romy Schneider 'le mépris' comme si Godard leur avait en fait soufflé l'idée de faire le film, comme si c'était ce qu'ils auraient aimé jouer, aucun lien me direz-vous. C'est là ou je me demande ' qu'est-ce qu'il y a avec Moravia - l'auteur du ' Mépris' donc - à la fin ? '. Une semaine plus tard, mon bouquiniste préféré se retrouve avec tout un stock de Moravia justement. Le... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 12:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 novembre 2008

Moi aussi

Oubli inqualifiable ? Pas du tout, je pense que chacun a le droit d'avoir son jardin secret, et j'avoue que je me suis gardé une place pour le film de Samuel Benchetrit tout près de mes nounours préférés, de mon journal intime avec les fleurs séchées dedans, comme on garde précieusement un cadeau, tant j'ai eu l'impression que ce film avait été fait pour moi et rien que pour moi. Oui mais voilà, l'heure est grave, et cette chronique aura au moins le mérite d' être dans le sillage d'une sortie dvd encore neuve. 'J'ai toujours... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]