27 février 2009

Maurice Pialat ( 4 )

' Tout a un sens, ou alors rien n'en a...'-Roland Barthes Adaptation du roman éponyme de Georges Bernanos, le film de Maurice Pialat m'a indubitablement fait penser au film de Pasolini, 'Théorème' ou les membres d'une famille ont tous une relation avec un ange. Je me suis effectivement demandé ce qui pouvait intéresser Pialat sur le sujet mis à part la perspective de se faire un délire en soutane avec Gérard ( :' penses-y fort , ça va ressusciter...', Maurice Pialat était athée ) ;dans les deux films nous sommes confrontés au... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2009

Qu'est-ce qu'une jeune fille comme vous fait dans un endroit pareil ?

Un autre rêve devenu réalité, l'adaptation d'un des plus fameux roman de James Ellroy et ce par non moins que Brian DePalma. Un mot sur le roman tout d'abord, qui est le premier tome de la plus fameuse série de son auteur, 'Le quatuor de Los Angeles', qui n'en est pas non plus à son premier succès : son roman ' Un tueur sur la route' est étudié dans les écoles de police et reconnu comme référence en matière de description de la nature des serial-killers, la trilogie sur le personnage de Lloyd Hopkins aura généré le pas très... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2009

Non la démagogie n'est pas pour le jeune homme

' En 1977, l'interview télévisée de l'ancien Président Richard Nixon menée par David Frost a battu le record d'audience de toute l'histoire du petit écran américain pour un magazine d'actualités. Plus de 45 millions de personnes ont assisté à un fascinant affrontement verbal au fil de quatre soirées. Un duel entre deux hommes ayant tout à prouver, et dont un seul pouvait sortir vainqueur. Leur affrontement a révolutionné l'art de l'interview-confession, a changé le visage de la politique et a poussé l'ancien Président à faire un... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2009

...y veulent du show

Tout déjà dans la bande-annonce signalaient l'hymne au travail bien fait, c'est un peu comme quand vous commencez à regarder régulièrement des films, au bout d'un moment vous arrivez à repérer un Carpenter dès les dix premières secondes : un je-ne-sais-quoi dans le début qui tout de suite vous indique que ce sera du bon et du sérieux. Hélas , mille fois hélas, vous n'êtes pas le seul à l'avoir compris et maintenant dans l'industrie ils vont jusqu'à faire semblant de bien commencer leurs films. Avec Aronofsky, Darren du nom , on est en... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 08:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 février 2009

ça fait du bien quand ça s'arrête...

Laure est en train de se faire larguer par son petit ami, ses collègues de boulot sont des cons, mine de rien elle est en train de péter les plombs, gentiment mais sûrement. Elle croise Simon, un jeune sans-abri qui revend la presse gratuite dans la rue. Après lui avoir offert à manger elle lui propose de l'héberger, celui-ci accepte. Elle ne sait pas très bien pourquoi elle fait ça, enfin si parce que elle aussi elle a bourlinguée, elle sait ce que c'est. Donc elle va l'aider à s'en sortir, peut-être même contre son gré, et ce... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2009

Attachez vos ceintures...

'Une colline, un cercle de privilégiés paumés. Derrière les belles grilles des demeures et les baies vitrées géantes, travers, vices et toutes autres extrémités coexistent dans un entrechoquement étrangement ouaté. Evy, quatorze ans, en pleines pulsions pubères. Son père, Richard, écrivain junky sur le déclin. Sa mère, Laure, actrice prête à coucher pour gagner son grand retour. Sa sœur, Lisa. Décédée. Noyée dans le lac sous les yeux d'Evy, résolument mutique sur l'accident. En laissant derrière elle cette petite communauté... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2009

Frozen river- Dance me outside

'Une petite ville américaine à la frontière du Canada.Ray peut enfin offrir à sa famille la maison de ses rêves et bientôt quitter leur préfabriqué. Mais quand son mari, joueur invétéré, disparaît avec leurs économies, elle se retrouve seule avec ses deux fils, sans plus aucune ressource. Alors qu'elle essaie de retrouver la trace de son mari, elle rencontre Lila, jeune mère célibataire d'origine Mohawk, qui lui propose un moyen de gagner rapidement de l'argent : faire passer illégalement aux Etats-Unis des immigrés clandestins, à... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2009

I pity the fool

'Fiction expérimentale qui se déroule autour de la ville de Détroit. Tourné en super-8, ce film interroge les soubassements de la mémoire et du souvenir, tout en auscultant les relations entre un groupe de jeunes gens. Recourant à une narration lacunaire et elliptique, I PITY THE FOOL de Brent Coughenour s’inscrit dans l’esthétique du plan séquence longuement tenu, en multipliant les passages au noir et les images solarisées, grâce à la texture du format super-8 qui évoque aussi bien la ruine qu’une plasticité surchargée.' (... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2009

' Il y a héros et héros' OU ' l'éternel oublié'

OU ' Will Smith sent de dessous les bras' OU ' en fait non c'est son bonnet qui pue' 0U ' et pis ses pieds aussi y puent' OU ' ... je pourrais continuer comme ça toute la nuit et tu peux pas me taper paske t'es un héros...' Critique 50 /50, c'est un avis mitigé. Non pas que j'ai passé un mauvais moment au visionnage du film, c'est bien sûr un bon divertissement de très bonne qualité, je suis tout respect devant la bagarre finale, nonobstant il y a deux ou trois choses qui me dérangent. ' Hancock' a un peu les qualités de... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 19:50 - Commentaires [6] - Permalien [#]
14 février 2009

Méfiez-vous des imitations

Quelqu'un se rappele-t-il le début de ' Petits meurtres entre amis ' de Danny Boyle ? C'est en quelques sorte là d'ou je vous écris, les yeux décidés et la nuque sur le carrelage froid après 20 minutes seulement de visionnage du film ' La société du spectacle' de Guy Debord. Je répète : ' 20 minutes SEULEMENT '. Il arrive parfois douloureusement qu'un homme soit confronté à ses propres limites et c'est ce qui m'arrive aujourd'hui, bien que je préfèrerais vous faire croire que c'est à cause d'un emploi du temps surchargé et d'un... [Lire la suite]
Posté par sigismund à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]