4mois1

...oui bien sûr, oui, je comprends tout à fait votre réaction, mais non. Oui, il m'a bien semblé qu'à un moment donné il serait question d'aborder l'actualité des salles, je me rappelle tout à fait en avoir parlé, on est certain d'en avoir déjà raté quelques uns qui nous aurait bien intéressés -toute l'équipe et moi- comme par exemple 'D'amour et d'eau fraîche', et si ce n'est pas le cas pour d'autres, ça risque même de l'être bientôt ( 'Un poison violent' ) et, j'en parle autour de moi, on en discute et j'admets qu'on ne peut pas tout mettre sur le dos de la crise ou du RSA ni du prix du kébab dans le 13e...il y a -et je m'en rends compte- un truc qui résiste. Peut-être le fait de savoir qu'il y a encore 'Tetro' de Coppola qui passe encore, et si c'est pas ça alors c'est ' Red shoes', et peut-être pas, hein, en même temps. Par exemple j'adore Mathieu Amalric, à cause que je suis presque un fan de la première heure et que je vénère en plus quasiment toute l'oeuvre d'Arnaud Desplechin.

Bon. Pourquoi je ne me suis pas déjà rué sur 'Tournée' je ne sais pas, la faute au battage qu'il y a eu autour à Cannes -pff et alors, si ce n'est que le grand retour affiché du burlesque avait plutôt l'air de bien tomber...mais est-ce que c'est une si mauvaise chose ? Avec toutes ces dames aux poitrines opulentes, on se dit c'est le retour du baroque, les parades de Fellini, et puis keskya, moi aussi j'en veux ça c'est sûr...en plus ça fait un moment qu'on voudrait -oui moi et mon équipe ( envoyez vos dons )- que dis-je, qu'on brûle de vous parler du film 'Les dernières nouvelles du monde' où il était justement monsieur Amalric j'aime beaucoup ce que vous faites. Et puis il y a Xavier Beauvois, on ne peut pas dire que je ne l'apprécie pas non plus, et à eux d'eux ils ont quand même mis un peu tout le monde d'accord cette année, alors alors...

AU RISQUE DE RATER QUELQUE CHOSE, en ce qui concerne 'Des hommes et des dieux' j'ai envie de dire pas maintenant. J'ai rien contre les faits historiques ni les chants religieux, si ce n'est que j'ai peut-être un peu étudié la question de mon côté. Je ne...bref. Mais de loin je salue la démarche. J'entends par là que la foi ça n'intéresse pas grand monde: je reste partisan du fait que si l'on s'est réchauffé une fois auprès d'un certain âtre, eh bien on ne peut pas faire comme si il ne s'était rien passé, alors on y va sur l'honnêteté intellectuelle ou en général si vous voulez. Ce que je veux dire c'est qu'il y a certainement dans le film de Xavier Beauvois quelque chose qui va m'intéresser sur le regard qu'il porte sur le monde, à travers le prisme de l'engagement qui plus est, car vous le savez nous sommes nombreux à aimer les blagues de Jonathan Lambert. L'histoire écrite par les vainqueurs je vous dirais même que maintenant ça ne me fait même plus rire, surtout que les grands bêtisiers de fin d'année s'écrivent au jour le jour, et la presse qui ne fait même pas son travail, à voir des pots de vin partout, forcément quitte à parler de cinéma, je me demande bien comment on peut encore montrer le réel -pardon... pas de gros mot on a dit, ..qu'est-ce que je pourrais marquer à la place...alors, oui : le présent.

...a on me dit dans mon oreillette que c'est pas le problème du cinéma, on me dit d'écouter Jean-Pierre Jeunet qui explique que s'il fait sans arrêt là comme ça des feuilletons primevères, enfin rétros, c'est ( je cite : ) ' parce que c'est destiné aux handicapés de l'émotion'. Merci, d'ailleurs, j'aime beaucoup euh...et d'ailleurs quelle meilleure façon de parler du présent que de parler du passé, hein héhé...et donc comme on se réjouit à l'avance de sa prochaine adaptation des 'Pieds Nickelés' pour passer le temps on va - c'est subversif ça j'aime bien- on va -enfin à ma façon hein, tout en décalage-parler un peu du présent, avec le film qui a remporté la Palme d'Or en 2007, et qui se situe un peu avant la fin du régime Ceausescu, chez nous en Roumanie.

On parlait de Dieu tout à l'heure, il paraît qu'il est dans les détails :'4mois, 3 semaines et 2 jours' c'est un délai un peu limite pour un avortement. Une étudiante cherche à se le faire faire en douce et sa co-loc bonne copine va faire de son mieux pour l'y aider. Les choses étant ce qu'elles sont dans notre beau pays ça passe par louer une chambre hors des dortoirs collectifs, trouver la personne qu'il faut d'un tel qui le connaît d'un tel,...réunir l'argent même. Si vous pensez que vous allez être quitte pour une leçon de misérabilisme pleine de sous-titres, vous vous fourvoyez, misérabilisme n'est pas le mot, on est juste dans la clandestinité et le rationnement. '4mois, 3semaines et 2 jours' est un film assez sublime par sa mise en scène, mais je vous avouerais que je suis plutôt bon public de ce côté-là et ça se voit à mon manque d'arguments : tout ce que je vous ai résumé est, développé avec fluidité, une très belle circulation et un regard emphatique sur les personnages, leur contexte, et le rapport entre les deux.